Actus Santé

Contenu des bases PMSI MCO 2020

ATIH - Dernières mises en ligne - jeu, 21/10/2021 - 00:00

Ce document a été élaboré pour aider ceux qui exploitent les bases de RSA, relatifs à l'activité MCO (médecine, chirurgie, obstétrique) de l'année 2020.

Le fichier donne la fréquence de chaque modalité pour chacune des variables de la base RSA, l'onglet "Méthode" donne des précisions sur les sélections effectuées pour le constituer.

 

Catégories: Actus Santé

Guide d'utilisation des données RTC & ENC

ATIH - Dernières mises en ligne - jeu, 21/10/2021 - 00:00

L'ATIH met à disposition une option de notification afin que l'utilisateur soit informé en temps réel des ajouts documentaires ; cliquez sur la cloche en haut à droite de cette page pour vous abonner (notification à chaque mise à jour).

Pour les équipes des établissements participant aux campagnes ENC et RTC, la production des données, leur recueil et leur transmission nécessitent une mobilisation importante. Le temps consacré aux analyses peut ainsi s’en trouver restreint.

Catégories: Actus Santé

Estimating the incidence of typhoidal Salmonella from cross-sectional serology using antibody dynamics following infection

The incidence of enteric fever, an invasive bacterial infection caused by typhoidal Salmonellae, is largely unknown in regions lacking blood culture surveillance. New serologic markers have proven accurate in diagnosing enteric fever, but whether they could be used to reliably estimate population-level incidence is unknown. We collected longitudinal blood samples from blood culture-confirmed enteric fever cases enrolled from surveillance studies in Bangladesh, Nepal, Pakistan and Ghana and conducted cross-sectional sero-surveys in the catchment areas of each surveillance site. We used ELISAs to measure quantitative IgA and IgG antibody responses to Hemolysin E (HlyE) and S. Typhi lipopolysaccharide (LPS). We used Bayesian hierarchical models to fit two-phase power-function decay models to the longitudinal sero-responses among enteric fever cases and used the joint distributions of the peak antibody titers and decay rate to estimate population-level incidence rates from cross-sectional serosurveys. The longitudinal antibody kinetics for all antigen-isotypes were similar across countries and did not vary by clinical severity. The incidence of typhoidal Salmonella infection ranged between 41.2 per 100 person years (95% CI: 34.0-50.1) in Dhaka, Bangladesh to 5.8 (95% CI: 4.8-7.1) in Kavrepalanchok, Nepal and followed the same rank order as clinical incidence estimates. The approach described here has the potential to expand the geographic scope of typhoidal Salmonella surveillance and generate incidence estimates that are comparable across geographic regions and time.
Catégories: Actus Santé

Effect of the third dose of BNT162b2 vaccine in quantitative SARS-CoV-2 spike 1-2 IgG antibody titers in healthcare workers

Background: Vaccination is our main strategy to control SARS-CoV-2 infection. Given a decrease in the quantitative SARS-CoV-2 spike 1-2 IgG antibody titers three months following the second BNT162b2 dose, healthcare workers got a third booster dose after six months of completing the original scheme. This study aimed to analyze quantitative SARS-CoV-2 spike 1-2 IgG antibody titers and safety of the third dose. Material and methods: A prospective longitudinal cohort study included healthcare workers who received a third booster dose after six months of the complete BNT162b2 regimen. We assessed the quantitative SARS-CoV-2 spike 1-2 IgG antibody titers 21-28 days after the first and second dose, three months after the complete scheme, 1-7 days following the third dose, and 21-28 days after the boost. Results: The cohort comprised 168 non-immunocompromised participants of 41(10) years old, 67% being women. The third dose was associated with increasing the quantitative antibody titers, regardless of previous SARS-CoV-2 history. In negative SARS-CoV-2 history, the median (IQR) antibody titers increased from 379 (645.4) to 2960 (2010), while in positive SARS-CoV-2 history, from 590 (1262) to 3090 (2080). The third dose had less number of total side effects compared to the other two shots. The most common side effect after the third BNT162b2 shot was pain at the injection site (n=82, 84.5%), followed by tiredness (n=45, 46.4%), with a mild severity (n=36, 37.1%). Tiredness, myalgias, arthralgias, fever, and adenopathy were proportionally higher following the third dose than the two-dose regimen (p<0.05). Conclusion: The third dose applied after six months of the original BNT162b2 regimen provided a good humoral immune response by elevating the quantitative SARS-CoV-2 spike 1-2 IgG antibody titers. The booster dose was well tolerated with no severe side effects after the additional BNT162b2 dose.
Catégories: Actus Santé

Impaired Neutralizing Antibody Response to COVID-19 mRNA Vaccines in Cancer Patients

There is currently a critical need to determine the efficacy of SARS-CoV-2 vaccination for immunocompromised patients. In this study, we determined the neutralizing antibody response in 160 cancer patients diagnosed with chronic lymphocytic leukemia (CLL), lung cancer, breast cancer, and various non-Hodgkin's lymphomas (NHL), after they received two doses of mRNA vaccines. Serum from 46 mRNA vaccinated health care workers (HCWs) served as healthy controls. We discovered that (1) cancer patients exhibited reduced neutralizing antibody titer (NT50) compared to HCWs; (2) CLL and NHL patients exhibited the lowest NT50 levels, with 50-60% of them below the detection limit; (3) mean NT50 levels in patients with CLL and NHL was ~2.6 fold lower than those with solid tumors; and (4) cancer patients who received anti-B cell therapy exhibited significantly reduced NT50 levels. Our results demonstrate an urgent need for novel immunization strategies for cancer patients against SARS-CoV-2, particularly those with hematological cancers and those on anti-B cell therapies.
Catégories: Actus Santé

Multireader Evaluation of Radiologist Performance for COVID-19 Detection on Emergency Department Chest Radiographs

Background Chest radiographs (CXR) are frequently used as a screening tool for patients with suspected COVID-19 infection pending reverse transcriptase polymerase chain reaction (RT-PCR) results, despite recommendations against this. We evaluated radiologist performance for COVID 19 diagnosis on CXR at the time of patient presentation in the Emergency Department (ED). Materials and Methods We extracted RT PCR results, clinical history, and CXRs of all patients from a single institution between March and June 2020. 984 RT PCR positive and 1043 RT-PCR negative radiographs were reviewed by 10 emergency radiologists from 4 academic centers. 100 cases were read by all radiologists and 1927 cases by 2 radiologists. Each radiologist chose the single best label per case: Normal, COVID 19, Other Infectious, Other Noninfectious, Non diagnostic, and Endotracheal Tube. Cases labeled with endotracheal tube or non-diagnostic were excluded. Remaining cases were analyzed for label distribution, clinical history, and inter-reader agreement. Results 1727 radiographs (732 RT PCR positive, 995 RT PCR negative) were included from 1,594 patients (51.2% male, 48.8% female, age 59 +/- 19 years). For 89 cases read by all readers, there was poor agreement for RT PCR positive (Fleiss Score 0.36) and negative (Fleiss Score 0.46) exams. Agreement between two readers on 1,638 cases was 54.2% (373/688) for RT-PCR positive cases and 71.4% (679/950) for negative cases. Agreement was highest for RT PCR negative cases labeled as Normal (50.4%, n= 479). Reader performance did not improve with clinical history or time between CXR and RT-PCR result. Conclusion At the time of presentation to the emergency department, emergency radiologist performance is non-specific for diagnosing COVID 19.
Catégories: Actus Santé

Food Security Impacts of the COVID-19 Pandemic: Following a Cohort of Vermonters During the First Year

Objective: This study assessed changes in household food insecurity throughout the first year of the COVID-19 pandemic in a cohort of Vermonters and examined the socio-demographic characteristics associated with increased odds of experiencing food insecurity during the pandemic. Design: We conducted three online surveys with a cohort of Vermonters between March 2020 and March 2021 to collect longitudinal data on food security, food access, and job disruptions during the COVID-19 pandemic. Food security was measured using the USDA six-item module. We used t-tests and chi-square tests to determine statistically significant differences between groups and multivariate logistic regression models to determine the factors correlated with food insecurity. Participants: 441 adults (18 years and older) Setting: Vermont, United States Results: Food insecurity rates increased significantly during the pandemic and remained above pre-pandemic levels a year after the start of the pandemic. Nearly a third (31.6%) of respondents experienced food insecurity at some point during the first year of the pandemic. Certain demographic groups were at significantly higher odds of experiencing food insecurity during the first year of the COVID-19 pandemic including households with children (OR 5.1, p < 0.01), women (OR 7.3, p < 0.05), BIPOC/Hispanic respondents (OR 10.4, p < 0.05), and households experiencing a job disruption (OR 4.6, p < 0.01). Conclusion: The prevalence of food insecurity increased during the first year of the COVID-19 pandemic and remained higher than pre-pandemic levels a year after the pandemic began. Odds of experiencing food insecurity during the pandemic vary based on socio-demographic factors.
Catégories: Actus Santé

Vaccination contre la Covid en France : au 20 octobre 2021, près de de 97 712 105 injections ont été réalisées

1. Données de vaccination du jour et cumulées

Les données diffusées ce soir ont été harmonisées en prenant en compte certains écarts (annulations post-saisie de dossiers de vaccination par des effecteurs, des doublons, erreurs manifestes, etc) ce qui explique la différence avec les données d'hier. Les données concernant les injections des dernières 24 heures seront à nouveau communiquées dès demain.

Depuis le début de la campagne de vaccination en France, 50 951 862 personnes ont reçu au moins une injection (soit 75,6% de la population totale) et 49 673 768 personnes ont désormais un schéma vaccinal complet (soit 73,7% de la population totale).

[1] Avec l'ouverture de la vaccination aux 12-17 ans, le calcul du taux de vaccination de la population majeure évolue. Le nombre d'injections par classe d'âge n'étant disponible qu'à J+1, nous communiquerons désormais le taux de vaccination de la population majeure à J-1, de manière hebdomadaire chaque mardi. Le taux de vaccination de la population totale n'est pas impacté, il est toujours donné quotidiennement donné à J-J

2. Comment prendre rendez-vous pour se faire vacciner ?

Pour rappel, la prise de rendez-vous est possible :
• Via le site internet www.sante.fr
• Chez un pharmacien, un médecin de ville (médecin généraliste, médecin spécialiste, ou médecin du travail) ou une infirmière
• Via les dispositifs locaux mis à disposition pour aider à la prise de rendez-vous ;
• En cas de difficulté, via le numéro vert national (0 800 009 110) qui permet d'être redirigé vers le standard téléphonique d'un centre ou d'obtenir un accompagnement à la prise de rendez-vous.

Ouverture de la campagne de rappel depuis le 12 septembre

Suite aux annonces du président de la République en août 2021, la campagne de rappel de vaccination anti-covid a débuté le 12 septembre 2021 pour certaines populations prioritaires particulièrement vulnérables.

Les populations éligibles à un rappel vaccinal dès le mois de septembre 2021 sont les suivantes :
• Les résidents des EHPAD et des USLD ;
• Les personnes de plus de 65 ans ;
• Les personnes à très haut risque de forme grave ;
• Les personnes présentant des pathologies facteurs de risque de forme grave, selon la classification établie par la Haute Autorité de Santé ;
• Les personnes sévèrement immunodéprimées ;
• Les personnes ayant reçu le vaccin Covid-19 Janssen.

Pour les quatre premiers groupes de personnes, le Conseil d'orientation de la stratégie vaccinale (COSV) dans son avis du 19 août 2021 et la Haute Autorité de santé dans son avis du 23 août 2021 recommandent un délai d'au moins 6 mois entre la primo-vaccination complète et l'administration de la dose de rappel. Concrètement, les personnes ayant été primo vaccinées selon un schéma à deux doses, recevront leur dose de rappel (ou troisième dose) à partir de six mois après la deuxième dose.

Pour les patients sévèrement immunodéprimés, conformément à l'avis du COSV, l'administration d'une dose de rappel peut être réalisée dans un délai inférieur à 6 mois (mais d'au moins 3 mois), dès lors qu'il est jugé par l'équipe médicale que la quatrième dose permettrait d'améliorer la réponse immunitaire.

Pour les personnes ayant reçu le vaccin Covid-19 Janssen, la Haute Autorité de santé recommande un délai minimal de 4 semaines entre la primo-vaccination et la dose de rappel.

A la suite de l'avis de la Haute Autorité de santé du 5 octobre 2021, de nouvelles populations sont désormais concernées par le rappel vaccinal, 6 mois minimum après leur primo-vaccination complète :

• les professionnels de santé, l'ensemble des salariés du secteur de la santé et du secteur médico-social, les aides à domicile intervenant auprès de personnes vulnérables, les professionnels du transport sanitaire et les pompiers, quel que soit leur âge
• les proches (de plus de 18 ans) de personnes immunodéprimées

Le rappel doit être fait avec le vaccin Pfizer de manière indifférenciée quel que soit le vaccin utilisé pour la primovaccination.

Infographie - Dose de rappel
Infographie vaccination - grand public
Infographie vaccination - professionnels

Contact presse : presse-dgs@sante.gouv.fr

Catégories: Actus Santé

AAC – Exposer, s’exposer, être exposé aux pesticides. L’exposition au prisme des SHS

3es Journées d’étude du réseau SHS-Pesticides, 17 et 18 mars 2022, Bordeaux, Cap Métiers à Pessac

Le réseau SHS/Pesticides, créé en février 2020 pour mieux connaître et faire connaître la recherche en sciences humaines et sociales sur les pesticides, lance ses troisièmes journées d’étude. Elles se tiendront les 17 et 18 mars 2022 à Bordeaux sur le thème de l’exposition.

Argumentaire
La notion d’exposition est centrale dans le domaine de l’utilisation des pesticides et des risques associés. Elle permet de comprendre les effets délétères des pesticides sur la santé. Elle a été appréhendée par les épidémiologistes et les toxicologues dans le domaine de l’hygiène industrielle puis de la santé publique (Galey, 2019). Elle tend également à l’être par les écologues au sein de ce qu’on appelle aujourd’hui « une seule santé » ou « One health » qui appréhende les interrelations entre santé humaine, animale et environnementale.
Dans le cadre de la santé humaine, l’exposition permet de constater une corrélation et d’établir un lien de causalité entre une molécule et une pathologie précise sachant que la plupart des pathologies, en particulier chroniques, sont multifactorielles. L’approche de type exposome (concept introduit en droit français en 2019 à l’art. 1411-1 Code de la santé Publique) prend en compte les différentes périodes durant la vie d’un individu, de la conception à la mort, et incorpore l’environnement chimique, microbiologique, physique, récréatif, ainsi que le style de vie et l’alimentation (Jégou, 2020). Des recherches intègrent également la période prénatale en tenant compte de l’exposition professionnelle ou domestique des parents (Baldi et al, 2021). Dans le cadre de la santé des écosystèmes, la nécessité d’étudier de manière conjointe les effets de plusieurs polluants y compris pour des faibles doses s’affirme de plus en plus et des réflexions sont en cours sur l’intégration du concept d’exposome pour la biocénose. Des approches intégrées, complexes et dynamiques sont développées.
Si des appels à plus de transversalité et de pluridisciplinarité traversent ces disciplines, ce n’est pas encore le cas concernant le traitement réglementaire et administratif de la notion d’exposition. Ainsi, si on s’intéresse au cadre réglementaire français, la démarche de « validation scientifique » étant fondée sur des connaissances issues de l’evidence-based medicine, seules certaines données sur les expositions des humains aux pesticides sont intégrées aux politiques de gestion des risques (Thébaud-Mony, 2012).
L’épidémiologie descriptive, les travaux relevant de l’ergonomie et de la clinique du travail, ainsi que des formes de savoirs issus de collectifs de travail ou d’initiatives citoyennes sont marginalisés, dévalorisés et/ou ignorés (Counil & Henry, 2018). Jean-Noël Jouzel (2019) montre que dans les procédures d’expertise qui sous-tendent les politiques publiques dans le domaine (autorisation de mise sur le marché, politiques de prévention, etc.), l’un des principaux obstacles à la mise en lumière des risques des pesticides réside dans le recours privilégié à la toxicologie classique, laissant de côté l’épidémiologie et tout ce qui touche aux risques favorisés par l’exposition indirecte aux pesticides (entrée en contact avec des surfaces et des environnements contaminés). Les cadrages scientifiques et institutionnels de l’étude de l’exposition aux pesticides sont donc multiples, controversés et instables.
Dans le contexte des sciences humaines et sociales, la notion est bel et bien mobilisée, mais le plus souvent sans être définie. À quoi renvoie-t-elle ? Que dit-elle de plus que la notion de risque ou d’intoxication ? Certain·e·s l’évoquent dans leurs travaux sur les risques sanitaires auxquels sont exposés les travailleur.euse.s agricoles, d’autres dans le cadre d’études sur la réglementation de ces risques, montrant des situations de travail intenables pour les agriculteur.trice.s, ou encore dans le cadre de travaux sur la production de l’ignorance. D’autres travaux soulignent les corrélations entre profils socio-ethniques, les conditions de vie des ouvrier.ère.s agricoles et l’exposition. Dans les études nord-américaines coordonnées par l’anthropologue-médecin Thomas Arcury et l’épidémiologiste Sara Quandt, une catégorisation des différents types d’exposition est proposée en fonction des lieux où elles surviennent (exposition professionnelle, paraprofessionnelle, domestique) et du type de contact direct ou indirect (Arcury et Quandt, 2009). Cette typologie de l’exposition en sciences sociales rend compte de la trajectoire complexe, continue et multifactorielle de l’exposition.
La notion étant peu problématisée et conceptualisée en sciences humaines et sociales, nous souhaitons lors de ces journées voir si une définition distincte des approches en épidémiologie, toxicologie et écologie est possible, et à partir de quels outils analytiques. L’hypothèse, que nous soumettons au débat, est que la démarche des SHS permet d’élaborer ou co-élaborer des perspectives intégrées et dynamiques. Pour cela, nous proposons de déconstruire la notion sous trois angles, qui distinguent différentes actions : exposer (fabriquer, autoriser, vendre et utiliser un produit ou un mélange susceptible de générer une exposition, de soi ou des autres), et/ou s’exposer (acheter et/ou utiliser un produit) et/ou être exposé (être soumis à des risques sans forcément en être un acteur direct). Ces déclinaisons de l’exposition, non exclusives les unes des autres, permettent de questionner le sujet du point de vue d’une chaîne d’acteur.trice.s hétéroclites impliqués dans la fabrique de l’exposition (des acteurs de la fabrication au consommateur exposé aux résidus de pesticides), tout en tenant compte d’une trajectoire spatiale et temporelle (les lieux successifs où se fabrique l’exposition dans le temps), ainsi que des enchevêtrements entre ces différents « mondes ». Ceci ouvre différents niveaux d’analyse macro/meso/micro à articuler. Cela permet de rendre compte du caractère dynamique, complexe et multi-acteurs de la fabrique de l’exposition, tout en tenant compte des interactions des humains avec l’objet « pesticides » et l’écosystème.

Comité d’organisation : Carole Barthélémy, Eve Bureau-Point, Jacqueline Candau, Nadège Degbelo, Alain Garrigou, Ludovic Ginelli, Fabienne Goutille, Elisabeth Lambert.

 

Catégories: Actus Santé

Plan d'action pour les métiers du grand âge et de l'autonomie : un an d'avancées majeures pour les professionnels

C'est sur la base des travaux de Dominique Libault (mars 2019) et Myriam El Khomri (octobre 2019) que Brigitte Bourguignon, ministre déléguée chargée de l'Autonomie, en lien avec Elisabeth Borne, ministre du Travail, de l'Emploi et de l'Insertion, a pris l'engagement d'un plan de 37 actions pour les métiers du grand âge et de l'autonomie et en a fait un enjeu majeur de sa stratégie en faveur du grand âge et de l'autonomie.

Confronté à une crise sanitaire sans précédent, le secteur de l'accompagnement et du soin aux personnes en perte d'autonomie ou en situation de handicap a montré le formidable engagement des professionnels. Mais la crise a exacerbé les difficultés de recrutement et de fidélisation des personnels auxquelles le secteur du grand âge et de l'autonomie est confronté depuis plusieurs années. Elle a aussi été source de créativité et d'innovation dans l'organisation du travail, dans l'enseignement ou dans la délivrance des diplômes.

Pour la mise en oeuvre de ce plan interministériel, l'organisation de projet s'appuie sur la Direction générale de la cohésion sociale (DGCS) en lien avec la Direction générale de l'offre de soins (DGOS) et la Délégation générale à l'emploi et à la formation professionnelle (DGEFP). Par ailleurs, le Gouvernement a confié à Michel Laforcade la mission d'accélérer la mise en oeuvre opérationnelle des mesures en faveur de l'attractivité des métiers.

Depuis 12 mois, d'importantes avancées très concrètes ont été réalisées. Elles permettent de revaloriser durablement des professions d'avenir, essentielles pour garantir par leurs savoir-faire et leur professionnalisme un haut niveau de qualité des soins et de l'accompagnement des personnes âgées, à domicile comme en établissement.

Le dossier Plan d'action pour les métiers du grand âge et de l'autonomie : un an d'avancées majeures pour les professionnels détaille les quatre axes de ce plan :

  • Axe 1 - Des métiers mieux rémunérés, un secteur professionnel mieux organisé ;
  • Axe 2 - Répondre aux besoins en matière de ressources humaines ;
  • Axe 3 - Des formations mieux adaptées et plus nombreuses ;
  • Axe 4 - Des métiers plus sûrs, une qualité de vie au travail améliorée.

Télécharger le dossier de presse :

pdf Plan d'action pour les métiers du grand âge et de l'autonomie : un an (...) Téléchargement (15.3 Mo)
Catégories: Actus Santé

Elisabeth Borne et Brigitte Bourguignon présentent le point d'étape du plan métiers grand âge/autonomie et signent un accord-cadre national d'engagement de développement de l'emploi et des compétences avec la filière pour renforcer l'attractivité du...

Elisabeth Borne et Brigitte Bourguignon ont présenté ce mercredi 20 octobre un point d'étape du plan d'actions lancé il y a un an afin de renforcer l'attractivité des métiers du grand âge et de l'autonomie. Inspiré des rapports de Dominique Libault et de Myriam El Khomri, ce plan s'articule autour des axes de travail suivants : hausse des rémunérations, renforcement des moyens humains, amélioration des formations et réduction de la pénibilité. Pour aller plus loin, les Ministres ont signé un accord-cadre national d'engagement de développement des emplois et compétences avec la filière, qui permettra de renforcer l'action en faveur de l'attractivité du secteur.

Un an d'avancées majeures pour les professionnels

A date, près de 3/4 des recommandations du rapport de Myriam El Khomri sont réalisées. Parmi elles, en premier lieu la hausse des salaires, entre 160 et 300 euros net mensuels, ayant bénéficié à près de 700 000 personnes, qu'ils travaillent en établissement ou à domicile.

L'effort sur les salaires s'est accompagné aussi d'un renforcement des moyens humains. Ainsi, à travers la campagne de recrutement d'urgence menée par Pôle emploi, les missions locales et les Agences régionales de santé (ARS), 43 000 personnes ont pu être recrutées en EHPAD entre octobre 2020 et août 2021.

Pour répondre aux besoins de ce secteur qui compte de nombreux métiers en tension, 12 600 places de formation ont été créées dont près de 5 000 pour des aides-soignants. En parallèle, le concours d'entrée pour les aides-soignants et accompagnants éducatifs et sociaux a été supprimé au profit d'un nouveau cycle de formation basé sur davantage de pratique à travers les stages.

L'alternance a également pu décoller grâce aux aides du plan « 1 jeune, 1 solution » de France Relance de 5 000 euros pour le recrutement d'un alternant mineur et de 8 000 euros pour un majeur : un élan est ainsi constaté dès cette année 2021, avec 4 200 contrats sur les 9 premiers mois de 2021. Pour créer une dynamique en faveur de l'alternance dans la fonction publique hospitalière, une aide de 3 000 euros par apprenti embauché a été mise en place à la rentrée 2021.

Enfin, le plan a permis de réduire la pénibilité des métiers grâce à l'achat d'équipements pratiques qui bénéficient d'ailleurs aussi aux résidents des établissements : chariots roulants, chaises ergonomiques, et autres pour 250 millions d'euros en 2020 et 2021.

Pour Brigitte Bourguignon, « Quand je rencontre ces professionnels du grand âge, ils me disent tous que c'est un beau métier, qu'ils l'aiment, et qu'ils ont besoin de reconnaissance. C'est ce que nous faisons pour eux, grâce à ce plan d'actions. »

De nouvelles mesures pour aller encore plus loin

Ce mercredi, les deux ministres ont signé une convention d'engagement de développement des emplois et compétences (EDEC), qui fait partie du plan d'actions métiers du grand âge et de l'autonomie : ce dispositif lance un cycle de travaux en partenariat avec les branches professionnelles. Financé par le plan d'investissement dans les compétences, cet accord-cadre repose sur trois volets d'action :

  • la promotion et le renforcement de l'attractivité des métiers pour attirer de nouveaux profils ;
  • l'accompagnement à la montée en compétences des professionnels ;
  • le renforcement des mobilités et des passerelles entre les métiers, les certifications et les secteurs.

Lors de ce point d'étape, les 20 lauréats retenus pour la mise en place des guichets uniques de recrutement et formations ont été dévoilés. Ces plateformes territoriales ont vocation à faire office de guichet unique pour gérer des recrutements, organiser des sessions de formation et fédérer les acteurs locaux autour des besoins des professionnels. Répartis dans toute la France, ces lauréats auront pour mission de répondre aux attentes des professionnels sur le terrain.

Des actions nouvelles sont prévues pour répondre aux enjeux liés à la Qualité de Vie au travail avec des crédits supplémentaires. Un projet de carte professionnelle est à l'étude pour les aides-soignants afin de rendre plus pratiques leurs interventions et de faire reconnaitre leur spécificité professionnelle. Enfin, des expérimentations innovantes sont lancées pour pouvoir rénover et simplifier à terme le dispositif de Validation des Acquis de l'Expérience, particulièrement adapté pour permettre aux salariés du secteur d'accéder à une qualification.

Pour Elisabeth Borne, « Les métiers du grand âge et de l'autonomie sont essentiels au bon fonctionnement de notre société mais font face à des besoins de recrutement importants, doublés d'un manque d'attractivité. Pour y remédier, le Gouvernement a agi sans relâche ces dernières années, tant sur le plan des rémunérations, des recrutements que des formations. L'accord-cadre d'EDEC que nous signons aujourd'hui avec les branches de la filière va nous permettre de renforcer cette action et de répondre encore plus amplement aux besoins de recrutement du secteur. »

Contacts médias

Ministère chargé de l'Autonomie
Cabinet de Brigitte Bourguignon
01 40 56 63 74
sec.presse.autonomie@sante.gouv.fr

Catégories: Actus Santé

Prix des conditionnements trimestriels

Depuis le 15 octobre 2021, date d'entrée en vigueur de l'arrêté du 30 août 2021 modifiant l'arrêté du 4 août 1987 relatif aux prix et aux marges des médicaments remboursables et des vaccins et des allergènes préparés spécialement pour un individu, les marges spécifiques aux conditionnements trimestriels ont été supprimées. Ainsi, les marges applicables aux conditionnements trimestriels sont calculées selon les modalités générales de marge.

pdf Liste des conditionnements trimestriels - 20/10/2021 Téléchargement (1 Mo)
Catégories: Actus Santé

Syndrome CHARGE

HAS - Recommandations et guides - mer, 20/10/2021 - 14:57

Ce protocole national de diagnostic et de soins (PNDS) explicite aux professionnels concernés la prise en charge diagnostique et thérapeutique optimale et le parcours de soins d’un patient atteint de syndrome CHARGE. Il a été élaboré par Centre de Référence Maladies Rares des Anomalies du développement et syndromes malformatifs (SOOR) Filière de Santé Maladies Rares des Anomalies du développement avec ou sans déficience intellectuelle de causes rares (AnDDi-Rares), le Centre de Référence Maladies Rares des Syndromes de Pierre Robin et troubles de succion-déglutition congénitaux (SPRATON) Filière de Santé Maladies Rares des Malformations de la tête, du cou et des dents (TETECOU) à l’aide d’une méthodologie proposée par la HAS. Il n’a pas fait l’objet d’une validation par la HAS qui n’a pas participé à son élaboration.

Catégories: Actus Santé

Naevus congénital

HAS - Recommandations et guides - mer, 20/10/2021 - 14:48

Ce protocole national de diagnostic et de soins (PNDS) explicite aux professionnels concernés la prise en charge diagnostique et thérapeutique optimale et le parcours de soins d’un patient atteint de naevus congénital (NC). Il a été élaboré par la Filière Santé Maladies Rares Dermatologiques (FIMARAD) à l’aide d’une méthodologie proposée par la HAS. Il n’a pas fait l’objet d’une validation par la HAS qui n’a pas participé à son élaboration.

Catégories: Actus Santé

Cardiomyopathie Ventriculaire Droite Arythmogène

HAS - Recommandations et guides - mer, 20/10/2021 - 14:01

Ce protocole national de diagnostic et de soins (PNDS) explicite aux professionnels concernés la prise en charge diagnostique et thérapeutique optimale et le parcours de soins d’un patient ayant une Cardiomyopathie Ventriculaire Droite Arythmogène - CVDA. Il a été élaboré par le Centre de Référence Maladies Rares (CRMR) des Cardiomyopathies et des Troubles du Rythme Cardiaque Héréditaires ou Rares Sous l'égide et avec le partenariat de la Filière de Santé des maladies Cardiaques héréditaires CARDIOGEN à l’aide d’une méthodologie proposée par la HAS. Il n’a pas fait l’objet d’une validation par la HAS qui n’a pas participé à son élaboration.

Catégories: Actus Santé

Cardiomyopathie Ventriculaire Droite Arythmogène

HAS - Recommandations et guides - mer, 20/10/2021 - 14:01

Ce protocole national de diagnostic et de soins (PNDS) explicite aux professionnels concernés la prise en charge diagnostique et thérapeutique optimale et le parcours de soins d’un patient ayant une Cardiomyopathie Ventriculaire Droite Arythmogène - CVDA. Il a été élaboré par le Centre de Référence Maladies Rares (CRMR) des Cardiomyopathies et des Troubles du Rythme Cardiaque Héréditaires ou Rares Sous l'égide et avec le partenariat de la Filière de Santé des maladies Cardiaques héréditaires CARDIOGEN à l’aide d’une méthodologie proposée par la HAS. Il n’a pas fait l’objet d’une validation par la HAS qui n’a pas participé à son élaboration.

Catégories: Actus Santé

Thrombose Veineuse Cérébrale de l’enfant

HAS - Recommandations et guides - mer, 20/10/2021 - 13:09

Ce protocole national de diagnostic et de soins (PNDS) explicite aux professionnels concernés la prise en charge diagnostique et thérapeutique optimale et le parcours de soins d’un enfant atteint de thrombose veineuse cérébrale. Il a été élaboré par le Centre de Référence des Maladies Vasculaires Rares du Cerveau et de l’oeil à l’aide d’une méthodologie proposée par la HAS. Il n’a pas fait l’objet d’une validation par la HAS qui n’a pas participé à son élaboration.

Catégories: Actus Santé

Thrombose Veineuse Cérébrale de l’enfant

HAS - Recommandations et guides - mer, 20/10/2021 - 13:09

Ce protocole national de diagnostic et de soins (PNDS) explicite aux professionnels concernés la prise en charge diagnostique et thérapeutique optimale et le parcours de soins d’un enfant atteint de thrombose veineuse cérébrale. Il a été élaboré par le Centre de Référence des Maladies Vasculaires Rares du Cerveau et de l’oeil à l’aide d’une méthodologie proposée par la HAS. Il n’a pas fait l’objet d’une validation par la HAS qui n’a pas participé à son élaboration.

Catégories: Actus Santé

Pages