Actus Santé

Does genetic predisposition modify the effect of lifestyle-related factors on DNA methylation?

Lifestyle-related phenotypes have been shown to be heritable and associated with DNA methylation. We aimed to investigate whether genetic predisposition to tobacco smoking, alcohol consumption and higher body mass index (BMI) moderates the effect of these phenotypes on blood DNA methylation. We calculated polygenic scores (PGS) to quantify genetic predisposition to these phenotypes using training (N=7,431) and validation (N=4,307) samples. Using paired genetic-methylation data (N=4,307), gene-environment interactions (i.e. PGS x lifestyle) were assessed using linear mixed-effects models with outcomes: 1) methylation at sites found to be strongly associated with smoking (1,061 CpGs), alcohol consumption (459 CpGs) and BMI (85 CpGs), and 2) two epigenetic aging measures, PhenoAge and GrimAge. In the validation sample, PGS explained ~1.4% (P=1x10-14), ~0.6% (P=2x10-7) and ~8.7% (P=7x10-87) of variance in smoking initiation, alcohol consumption and BMI, respectively. Nominally significant interaction effects (P<0.05) were found at 61, 14, and 7 CpGs for smoking, alcohol consumption and BMI, respectively. There was strong evidence that all lifestyle-related phenotypes were positively associated with PhenoAge and GrimAge, except for alcohol consumption with PhenoAge. There was weak evidence that the association of smoking with GrimAge was attenuated in participants genetically predisposed to smoke (interaction term: -0.02, P=0.06) and that the association of alcohol consumption with PhenoAge was attenuated in those genetically predisposed to drink alcohol (interaction term: -0.03, P=0.04). In conclusion, genetic susceptibility to unhealthy lifestyles did not strongly modify their effects on blood DNA methylation. Potential associations were observed for epigenetic aging measures, which should be replicated in additional studies.
Catégories: Actus Santé

Who has long-COVID? A big data approach

Background Post-acute sequelae of SARS-CoV-2 infection (PASC), otherwise known as long-COVID, have severely impacted recovery from the pandemic for patients and society alike. This new disease is characterized by evolving, heterogeneous symptoms, making it challenging to derive an unambiguous long-COVID definition. Electronic health record (EHR) studies are a critical element of the NIH Researching COVID to Enhance Recovery (RECOVER) Initiative, which is addressing the urgent need to understand PASC, accurately identify who has PASC, and identify treatments. Methods Using the National COVID Cohort Collaborative (N3C) EHR repository, we developed XGBoost machine learning (ML) models to identify potential long-COVID patients. We examined demographics, healthcare utilization, diagnoses, and medications for 97,995 adult COVID-19 patients. We used these features and 597 long-COVID clinic patients to train three ML models to identify potential long-COVID patients among (1) all COVID-19 patients, (2) patients hospitalized with COVID-19, and (3) patients who had COVID-19 but were not hospitalized. Findings Our models identified potential long-COVID patients with high accuracy, achieving areas under the receiver operator characteristic curve of 0.91 (all patients), 0.90 (hospitalized); and 0.85 (non-hospitalized). Important features include rate of healthcare utilization, patient age, dyspnea, and other diagnosis and medication information available within the EHR. Applying the "all patients" model to the larger N3C cohort identified 100,263 potential long-COVID patients. Interpretation Patients flagged by our models can be interpreted as patients likely to be referred to or seek care at a long-COVID specialty clinic, an essential proxy for long-COVID diagnosis in the current absence of a definition. We also achieve the urgent goal of identifying potential long-COVID patients for clinical trials. As more data sources are identified, the models can be retrained and tuned based on study needs. Funding This study was funded by NCATS and NIH through the RECOVER Initiative.
Catégories: Actus Santé

COVID-19: Knowledge, Perception of Risk, Preparedness and Vaccine Acceptability among Healthcare Workers in Kenya

Abstract Background COVID-19 is highly contagious and healthcare workers are at a higher risk of contracting the disease since they are at the frontline in an effort to control and manage it. Inadequate knowledge on COVID-19 and poor practices and preventive measures among healthcare workers may lead to the rapid spread of the disease thereby limiting the ability to manage the COVID-19 pandemic. The objective of this study was to assess the level of knowledge, risk perception, preparedness for COVID-19 and vaccine acceptability among healthcare workers in Kenya. Methods A cross-sectional study was conducted from December 2020 to January 2021 to assess the level of knowledge of health workers, perception of risk and preparedness to handle COVID-19 in Kenya. A link to an online self-administered questionnaire hosted on the Research Electronic Data Capture application (REDCap) was disseminated to health workers across the country via text messages, emails and social media. We collected data on demographics, knowledge, perception of risk and preparedness for COVID-19 and vaccine acceptance. Data collected in REDCap was then transferred to SPSS version 20 for analysis. Bivariate correlation analyses were used to determine associations between variables. P-value of <0.05 was considered statistically significant. Results A total of 997 participants including doctors (34%), nurses (26%), clinical officers (21%) and lab technologists (12%) were enrolled in the study. About half (53%) of the participants were female. The mean age was 36.54 years (SD = 8.31) and 46% of the participants were aged between 31-40 years. About half (55%) of participants worked in county facilities and 64% of the respondents had at least a bachelors degree. The overall knowledge score of health workers for COVID-19 was 80%. Most of the health workers (89%) perceived that they were at high risk of infection. Seventy-two percent of the participants felt that they were either partially or fully prepared to handle patients with COVID-19. Overall, 71% of all health workers would take a vaccine if provided free by the government. Conclusion Knowledge of health workers on transmission, clinical manifestations and risk factors for development of severe COVID-19 was good. Majority of the health workers perceived the risk of infection with COVID-19 as high and a significant number felt that they were not fully prepared to handle the pandemic. Majority of health workers would take a COVID-19 vaccine. Keywords: Kenya, knowledge, risk perception, preparedness, vaccine acceptability, COVID-19, health workers
Catégories: Actus Santé

The Commission makes Erasmus+ and European Solidarity Corps more inclusive

European Commission Press release Brussels, 22 Oct 2021 Today, the Commission has adopted a framework to increase the inclusiveness and diversity of the Erasmus+ and European Solidarity Corps programmes for the period 2021-2027.

Catégories: Actus Santé

Vaccination contre la Covid en France : au 21 octobre 2021, près de 97 867 490 injections ont été réalisées

1. Données de vaccination du jour et cumulées

Depuis le début de la campagne de vaccination en France, 50 980 290 personnes ont reçu au moins une injection (soit 75,6% de la population totale) et 49 715 291 personnes ont désormais un schéma vaccinal complet (soit 73,7% de la population totale).

[1] Avec l'ouverture de la vaccination aux 12-17 ans, le calcul du taux de vaccination de la population majeure évolue. Le nombre d'injections par classe d'âge n'étant disponible qu'à J+1, nous communiquerons désormais le taux de vaccination de la population majeure à J-1, de manière hebdomadaire chaque mardi. Le taux de vaccination de la population totale n'est pas impacté, il est toujours donné quotidiennement donné à J-J

2. Comment prendre rendez-vous pour se faire vacciner ?

Pour rappel, la prise de rendez-vous est possible :
• Via le site internet www.sante.fr
• Chez un pharmacien, un médecin de ville (médecin généraliste, médecin spécialiste, ou médecin du travail) ou une infirmière
• Via les dispositifs locaux mis à disposition pour aider à la prise de rendez-vous ;
• En cas de difficulté, via le numéro vert national (0 800 009 110) qui permet d'être redirigé vers le standard téléphonique d'un centre ou d'obtenir un accompagnement à la prise de rendez-vous.

Ouverture de la campagne de rappel depuis le 12 septembre

Suite aux annonces du président de la République en août 2021, la campagne de rappel de vaccination anti-covid a débuté le 12 septembre 2021 pour certaines populations prioritaires particulièrement vulnérables.

Les populations éligibles à un rappel vaccinal dès le mois de septembre 2021 sont les suivantes :
• Les résidents des EHPAD et des USLD ;
• Les personnes de plus de 65 ans ;
• Les personnes à très haut risque de forme grave ;
• Les personnes présentant des pathologies facteurs de risque de forme grave, selon la classification établie par la Haute Autorité de Santé ;
• Les personnes sévèrement immunodéprimées ;
• Les personnes ayant reçu le vaccin Covid-19 Janssen.

Pour les quatre premiers groupes de personnes, le Conseil d'orientation de la stratégie vaccinale (COSV) dans son avis du 19 août 2021 et la Haute Autorité de santé dans son avis du 23 août 2021 recommandent un délai d'au moins 6 mois entre la primo-vaccination complète et l'administration de la dose de rappel. Concrètement, les personnes ayant été primo vaccinées selon un schéma à deux doses, recevront leur dose de rappel (ou troisième dose) à partir de six mois après la deuxième dose.

Pour les patients sévèrement immunodéprimés, conformément à l'avis du COSV, l'administration d'une dose de rappel peut être réalisée dans un délai inférieur à 6 mois (mais d'au moins 3 mois), dès lors qu'il est jugé par l'équipe médicale que la quatrième dose permettrait d'améliorer la réponse immunitaire.

Pour les personnes ayant reçu le vaccin Covid-19 Janssen, la Haute Autorité de santé recommande un délai minimal de 4 semaines entre la primo-vaccination et la dose de rappel.

A la suite de l'avis de la Haute Autorité de santé du 5 octobre 2021, de nouvelles populations sont désormais concernées par le rappel vaccinal, 6 mois minimum après leur primo-vaccination complète :

• les professionnels de santé, l'ensemble des salariés du secteur de la santé et du secteur médico-social, les aides à domicile intervenant auprès de personnes vulnérables, les professionnels du transport sanitaire et les pompiers, quel que soit leur âge
• les proches (de plus de 18 ans) de personnes immunodéprimées

Le rappel doit être fait avec le vaccin Pfizer de manière indifférenciée quel que soit le vaccin utilisé pour la primovaccination.

Infographie - Dose de rappel
Infographie vaccination - grand public
Infographie vaccination - professionnels

Contact presse : presse-dgs@sante.gouv.fr

pdf Vaccination contre la Covid en France : au 21 octobre 2021, près de 97 867 (...) Téléchargement (913.1 ko)
docx Vaccination contre la Covid en France : au 21 octobre 2021, près de 97 867 (...) Téléchargement (861.5 ko)
Catégories: Actus Santé

Lancement de la 9e édition du Prix du Roman des étudiants

MESRI - Toute l'actualité - jeu, 21/10/2021 - 18:52

L'édition 2021 du Prix du Roman des étudiants France Culture-Télérama a été lancée le 21 octobre par la ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation. Les 5 romans présélectionnés sont : "Rien ne t'appartient" de Nathacha Appanah, "Ne t'arrête pas de courir" de Mathieu Palain, "Feu" de Maria Pourchet, "La fille qu'on appelle" de Tanguy Viel, "Mahmoud ou la montée des eaux" de Antoine Wauters. Le roman lauréat, désigné par un jury composé exclusivement d'étudiants, sera dévoilé en janvier 2022.

Catégories: Actus Santé

Dose de rappel - Vaccination Covid-19

Consultez le dossier de presse "Dose de rappel - Vaccination Covid-19"
pdf Dossier de presse | Dose de rappel - Vaccination Covid-19 Téléchargement (419.3 ko)
Catégories: Actus Santé

Contrôle de l'intérim médical : Olivier Véran annonce le calendrier de mise en oeuvre de la réforme

En juillet 2020, lors du Ségur de la santé, Olivier Véran, ministre des Solidarités et de la Santé, s'était engagé devant tous les acteurs du système de santé à mettre un terme au mercenariat de l'intérim médical en encadrant fermement les rémunérations versées. Ainsi, l'article 33 de la loi visant à améliorer le système de santé par la confiance et la simplification, votée par le Parlement au printemps 2021, prévoit un contrôle renforcé de l'intérim médical avec d'une part le rejet d'un paiement au-delà du plafond réglementaire par le comptable public, et d'autre part la dénonciation du contrat devant la juridiction administrative par le directeur général de l'ARS à compter du 27 octobre 2021.

Le ministre des Solidarités et de la Santé rappelle son engagement ferme et total dans la lutte contre le mercenariat de l'intérim médical. Il souhaite également tenir compte du contexte actuel avec notamment une situation sanitaire et hospitalière marquée par des mois de mobilisation pour lutter contre la Covid-19.

Après échanges avec les acteurs du système de santé concernés ainsi que des représentants professionnels et de syndicats, le ministre des Solidarités et de la Santé a décidé que la mise en oeuvre de la réforme de l'intérim médical se ferait en deux étapes :

  • Dès le 27 octobre : par le renforcement des travaux préparatoires, avec notamment la réalisation d'une cartographie précise de la situation actuelle de l'intérim médical sur le territoire, et l'organisation dans les territoires des modalités d'accompagnement des acteurs dans la mise en oeuvre de la réforme sous l'égide des directeurs généraux des agences régionales de santé (directions d'hôpitaux, communautés médicales, élus) ;
  • Dès que possible en 2022 : l'application stricte de la réforme avec un contrôle a priori par le comptable public du respect du plafond réglementaire.

Le ministre des Solidarités et de la Santé échangera en début de semaine avec l'ensemble des acteurs (Fédération Hospitalière de France, conférences hospitalières, organisations syndicales des personnels médicaux) pour échanger avec eux sur l'impératif de lutter contre l'intérim médical et partager les meilleures modalités de mise en place de la réforme.

Pour rappel, la rémunération liée à l'intérim médical est aujourd'hui plafonnée par décret à 1 170 euros/24 heures depuis 2020. Malgré ce plafonnement, la pression sur les établissements de santé et la permanence des soins laisse encore place à un mercenariat de l'intérim médical qui met en difficultés les finances des hôpitaux publics et le fonctionnement des équipes médico-soignantes.

pdf Communiqué de presse - Contrôle de l'intérim médical : Olivier Véran annonce le (...) Téléchargement (435.6 ko)

Contact presse

Ministère des Solidarités et de la Santé
Service presse d'Olivier Véran
sec.presse.solidarites-sante@sante.gouv.fr

Catégories: Actus Santé

Covid-19 : quel impact de l’infection au SARS-CoV-2 sur l’irrigation vasculaire du cerveau ?

INSERM - Salle de presse - jeu, 21/10/2021 - 17:00
De nombreux chercheurs et chercheuses sont actuellement mobilisés pour accroître les connaissances relatives au virus du SARS-CoV2, pour une meilleure prise en charge des patients infectés, mais également pour essayer de prévoir les conséquences futures d’une infection sur la santé. Des chercheurs identifient pour la première fois un effet direct du SARS-CoV-2 sur les vaisseaux sanguins du cerveau.
Catégories: Actus Santé

Le volet autonomie du PLFSS étudié en 1ère lecture à l'Assemblée nationale : la réforme s'accélère

Ce jeudi 21 octobre 2021, l'Assemblée nationale débute la lecture du PLFSS en séance publique comportant un très important volet sur l'autonomie. La Ministre déléguée chargée de l'autonomie, Brigitte Bourguignon, y présente sa réforme systémique de l'accompagnement des personnes âgées en France.

La réforme autonomie s'accélère

Attendue impatiemment par les professionnels du secteur et plus largement par les Français qui demandent des changements profonds, la réforme autonomie va permettre d'améliorer les conditions de vie des personnes âgées en France, et de leur permettre de vieillir plus longtemps chez elles, comme c'est leur souhait très majoritaire. Largement engagée à travers notamment la revalorisation des salaires et métiers, elle passe à une vitesse supérieure avec le développement de l'accompagnement à domicile et la transformation des EHPAD.

Sur le 1er axe, la réforme renforce l'accompagnement à domicile, qui correspond aux attentes de la majorité des Français qui veulent vieillir chez eux. La création d'un tarif plancher national de paiement des aides à domicile à 22 euros de l'heure financé entièrement par l'Etat permet aux professionnels d'avoir une activité économique viable, et in fine de mieux payer les salariés. La réforme prévoit également la création d'un interlocuteur unique regroupant les différents services à domicile afin de simplifier la vie des personnes âgées et de leurs proches. Avec les revalorisations salariales de l'avenant 43 l'année dernière, l'engagement de l'Etat en faveur du domicile est très fortement renforcé dans la 5e branche avec plus d'un milliard d'euros supplémentaire d'ici 2025.

Sur le 2ème axe, avec des mesures nouvelles par rapport à 2021 de 100 millions d'euros dès 2022 et près de 600 millions d'euros d'ici 2025, l'ambition est de transformer les EHPAD par de vastes rénovations rendant les lieux plus chaleureux, d'y renforcer l'expertise médicale pour faire face à des situations de dépendances très fortes, et enfin de les ouvrir à l'extérieur, notamment via des espaces partagés avec le reste de la population (salles culturelles, salles de sport, etc.) Un total de 10 000 recrutements de soignants est aussi prévu d'ici 2025, en plus des 10 000 déjà réalisés depuis 2017, soit une augmentation de 10 % des effectifs soignants permise par ce quinquennat.

Brigitte Bourguignon appuie : « Je suis fière du texte que je porte à l'Assemblée nationale, je vais le défendre, au profit des personnes âgées, des professionnels et des proches qui attendent cette réforme pour engager enfin le « virage domiciliaire ». Elle porte des mesures de progrès social qui se traduiront concrètement dès le début de l'année 2022. »

Des mesures d'amélioration du texte portés en séance

Plusieurs amendements gouvernementaux ont été déposés sur le volet autonomie. Ils portent des améliorations au texte. Parmi ces mesures additionnelles proposées :

  • La création d'une dotation qualité, c'est-à-dire un bonus jusqu'à 3 euros au tarif plancher de 22 euros pour les services d'aide à domicile acceptant des interventions nocturnes/week-end ou particulièrement techniques, avec un financement annuel prévu de 500 millions d'euros d'ici 2025.
  • La prolongation de l'expérimentation du relayage prévue par l'article 53 de la loi ESSOC permettant à un intervenant unique de relayer l'aidant à domicile jusqu'à 6 jours consécutifs
  • La création d'une carte professionnelle pour les aides-soignants, qui faciliterait leurs interventions et acterait aussi la reconnaissance des spécificités du métier

Ces nouvelles mesures sont le fruit des échanges réguliers de la Ministre avec les collectivités, dont les Départements en premier lieu, et les acteurs référents du secteur (CNSA, HCFEA, etc.)

Contacts médias

Ministère chargé de l'Autonomie
Cabinet de Brigitte Bourguignon
01 40 56 63 74
sec.presse.autonomie@sante.gouv.fr

Catégories: Actus Santé

Campagne de vaccination contre la grippe saisonnière 2021-2022

Le Pr Jérôme Salomon, directeur général de la Santé, présente la campagne de vaccination contre la grippe saisonnière 2021-2022, accompagné du Pr Geneviève Chêne, directrice générale de Santé publique France, et Thomas Fatôme, directeur général de l'Assurance maladie.

Jeudi 21 octobre, à partir de 17h, retrouvez ci-dessous le direct de la conférence de presse
Catégories: Actus Santé

Chef de projet scientifique (H/F) – Service Bonnes Pratiques (SBP) - CDI

La HAS recherche un(e) chef de projet scientifique (H/F) – Service bonnes pratiques (SBP) - CDI

Catégories: Actus Santé

Découverte de nouveaux marqueurs génétiques à l’origine d&#8217;une maladie des artères presque essentiellement féminine

INSERM - Salle de presse - jeu, 21/10/2021 - 14:00
La dysplasie fibromusculaire artérielle (DFM) est une anomalie de la paroi de certaines artères entraînant une augmentation du risque cardiovasculaire chez les personnes qui en sont atteintes. 3% de la population générale pourrait en être affectée et au moins 80% des personnes atteintes de cette maladie sont des femmes. Des chercheurs sont parvenus à décrire la composante génétique de la maladie, premier par vers l’identification de nouvelles cibles thérapeutiques.
Catégories: Actus Santé

La communauté de l'enseignement et de la recherche se mobilise autour des sciences du vivant ...

MESRI - Toute l'actualité - jeu, 21/10/2021 - 12:01

Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports, Frédérique Vidal, ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation, et Antoine Petit, président-directeur général du Centre national de la recherche scientifique (C.N.R.S.) ont lancé, mardi 19 octobre, l'année de la biologie sur le thème du vivant, à l'occasion d'une conférence inaugurale qui a abordé le lien entre les avancées de la biologie et l'apport des nouvelles technologies pour faciliter l'interdisciplinarité.

Catégories: Actus Santé

La communauté de l'enseignement et de la recherche se mobilise autour des sciences du vivant ...

MESRI - Recherche - jeu, 21/10/2021 - 12:01

Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports, Frédérique Vidal, ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation, et Antoine Petit, président-directeur général du Centre national de la recherche scientifique (C.N.R.S.) ont lancé, mardi 19 octobre, l'année de la biologie sur le thème du vivant, à l'occasion d'une conférence inaugurale qui a abordé le lien entre les avancées de la biologie et l'apport des nouvelles technologies pour faciliter l'interdisciplinarité.

Catégories: Actus Santé

Webconférences PGFP et contrôle de gestion : rendez-vous les 17 et 23 novembre !

ANAP - jeu, 21/10/2021 - 10:55
Vous préparez l’estimation de votre compte financier 2021 et souhaitez appréhender l’impact du Ségur et de la crise Covid sur votre PGFP ? Vous voulez réussir votre dialogue de gestion et mieux chiffrer l’impact de vos projets d’investissement et d’activité ? Rendez-vous le 17 novembre pour la webconférence "Ségur, crise sanitaire : intégrer leur impact dans mon PGFP" et le 23 novembre pour le webinaire "Chiffrer l’impact de mes projets d’investissement et d’activité".
Catégories: Actus Santé

CRAC : La modération HAL bat son plein

INIST - jeu, 21/10/2021 - 09:30

La campagne CRAC a débuté le 5 octobre. Ouverte jusqu’au 30 novembre prochain, elle est source de dépôts en grand nombre sur la plateforme HAL ; une période intense pour les modérateurs HAL. En effet, les chercheurs sont tenus de fournir chaque année un compte rendu de leur activité (CRAC). Ce document est une synthèse des […]

L’article CRAC : La modération HAL bat son plein est apparu en premier sur Inist.

Catégories: Actus Santé

Compte-rendu du Sommet mondial sur la santé mentale 2021

Une semaine après les Assises de la santé mentale et de la psychiatrie (les 27 et 28 septembre 2021), la France a accueilli à Paris le Sommet mondial pour la santé mentale les 5 et 6 octobre.

Catégories: Actus Santé

Certification des Prestataires de Services et Distributeurs de Matériel : élaboration du dispositif et du référentiel - Note de cadrage

HAS - Recommandations et guides - jeu, 21/10/2021 - 08:59

L’objectif est d’élaborer un dispositif de certification permettant d’apporter des garanties sur la qualité et de la sécurité de l’activité des PSDM.

Catégories: Actus Santé

Certification des Prestataires de Services et Distributeurs de Matériel : élaboration du dispositif et du référentiel - Note de cadrage

HAS - Recommandations et guides - jeu, 21/10/2021 - 08:59

L’objectif est d’élaborer un dispositif de certification permettant d’apporter des garanties sur la qualité et de la sécurité de l’activité des PSDM.

Catégories: Actus Santé

Pages